Resistance en Cévennes
Resistance en Cévennes
Resistance en Cévennes
Maquis d'Aire de Cote
Maquis de Lasalle
Maquis Aigoual Cévennes
Maquis de la Soureilhade
Maquis du Serre
Maquis du Mandagout
Les Anciens du maquis
Actualités
Actualités 2016
Actualités2015
Actualités 2014
Resistance en Cevennes
Maquis Aigoual Cévennes

Le maquis de Lasalle

Chef départemental : G. Salan



  

Les mouvements unis de la Résistance en Cévennes

Dès 1941 après la défaite, une réunion regroupant des responsables de la section socialiste de Lasalle a lieu à La Maillerie. Bompard, instituteur, conseiller d'’arrondissement (Conseiller Général d'aujourd'hui) en est l’instigateur.

Y participent entre autres : Arthur Martin, boucher, Paul  Salles, Elie Guiraud, Louis Rouvière, Georges Gervais, Arthur Puech, Fernand Puech,  le commandant Faïsse  qui sera le maire de Lasalle à la Libération, en présence de Michel Bruguier qui deviendra le "commandant Audibert"

Maquis de Lasalle

Robert Francisque
Guy Arnault

Guy Arnault, boulanger pâtissier à Lasalle.

 Homme d’action, prêt à se lancer dans des aventures, il soutient sans faille l’œuvre de Robert Francisque et assure dans un premier temps le ravitaillement des jeunes cachés dans les bergeries aux alentours de Lasalle. Après la tragédie de Aire de Côte, Rascalon le contacte et ainsi naît le Maquis de Lasalle.

Rascalon étant le plus ancien dans l’armée secrète, Guy Arnault et Robert Francisque lui laissent le commandement et deviennent ses adjoints.

Cliquez pour agrandir

Robert Francisque : en octobre 43 il devient responsable de la première école de cadres mise en place au château de Malérargues avec Jean le Serbe et deux instructeurs parachutés. Il participera aussi aux actions menées par le Corps franc, coups de mains, sabotages tout en jouant un jeu serré avec la milice .

Il sera assassiné le 10 mai 1944 par les Waffen SS  ainsi que son fidèle chien et le château sera incendié.

On ne peut conter toutes les actions de Robert Francisque dont l’histoire se confond avec celle du maquis de Lasalle. Son corps repose dans la crypte de la stèle du monument élevé à la mémoire des martyrs de la Résistance

Dépôt d'une gerbe en forme de croix de Loraine le 15 juin 2014, similaire à la gerbe déposée 70 ans auparavant, le 1er février 1944

René et Julia Rascalon

Le Maquis de  Lasalle se structure  sous les ordres de René Rascalon avec comme adjoints Guy Arnault et Robert Francisque.  Jusqu’au 12 juillet 1944 où le maquis deviendra le maquis Aigoual-Cévennes, il oeuvrera avec son épouse dans ce maquis devenu le plus important numériquement et potentiellement du département du Gard.

Nommé officier liquidateur de l’Aigoual-Cévennes, il se battit jusqu’à sa mort en 1982, pour la reconnaissance officielle de  ses compagnons de maquis.  Promu dans l’ordre de la légion d’Honneur pour faits de résistance.

René rascalon

Jean Viala et le Moyna

Jean Viala

Jean Viala  né en 1923 mort en 1980

Très jeune, empli d’une grande admiration pour Robert Francisque il se lance dans l’aventure du Maquis et sur ordre de Robert devint lui aussi milicien pour renseigner au mieux ses amis du maquis et ne ménagea jamais sa peine pour les ravitailler.

Le Moyna, gros mas près de Soudorgues où vivait sa famille fut un des hauts lieux d’accueil de la Résistance.

Marcel Bonnafous "Commandant Marceau"

Marceau Bonnafoux est né en 1910 à Anduze, il dirige une petite entreprise de décoration à Nîmes. Entré dans la résistance, il distribue des tracts à Nîmes, et inscrit des graffitis contre le régime. Recherché par la police, il rejoint le maquis de Lasalle à l’automne 1943 et devient le chef du Corps Franc chargé des coups de main qui permettent d’équiper et de ravitailler le maquis. En juillet 44 il est membre du directoire et chef militaire adjoint du rassemblement de l'Aigoual--Cévennes. Le 10 août 1944, il est tué lors de l’attaque qu'il dirige face à la garnison allemande du Vigan. Sur sa stèle au Vigan, on peut lire « il fut le premier partout même à la mort ». Pour lui rendre hommage, le commandant Colas chef militaire du maquis Aigoual-Cévennes l’a décrit comme « héros extraordinaire de cette guerre extraordinaire ».

Château de Cornely
Stèle de Marceau

Tombe de Marceau à Saumane

René Rascalon, Germaine Bonnafoux, Guy Arnault et les infirmières de l'Aigoual-Cévennes  à Nîmes

Château de Mallérargues

Le défilé interdit *

Le mardi 1er février 1944 après une tentative avortée d'occupation de Lasalle par les miliciens, Marceau, Guy Arnaud et Rascalon réunis au PC de la Maillerie décident d'organiser un défilé militaire avec dépôt de gerbe au monuments aux Morts. A 20 heures tous les lasallois son rassemblés sur la place malgré un froid intense, plusieurs groupes de maquisards les rejoignent devant la Maillerie et au rond-point de Cornély. Lulu  au volant d'une vielle gimbarde, ouvre la marche, suivis des maquisards drapeau en tête, Robert Francisque en uniforme d'adjudant, commande le défilé qui chante "vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine". Une gerbe en forme de croix de Lorraine, confectionnée par Helène Martin et son amie Ginette Lamblard est déposée au monument aux Morts suivie d'une minute de silence. Victor (Miguel Arcas) prononce quelques mots, le phono d'Emile Martin du café du Jardin joue La Marseillaise, entonnée par les centaines de personnes réunies. Les lasallois communient avec ferveur, émotion et un enthousiasme que beaucoup ne connaîtront plus jamais. Un évènement qui fit grand bruit dans le département et provoqua l'état d'alerte des autorités de Vichy et des troupes d'occupation.

* texte inspiré du récit d'Aimé Vielzeuf dans "On les appelait les Bandits"

Les fermes autour de Cornély en 1944 par Walter Soulier

Robert Francisque et Guy Arnault

les fondateurs du maquis de Lasalle

(survolez les images)

© Association des anciens et amis du maquis Aigoual-Cévennes

Retour haut de page